Cléa Vincent

Cléa Vincent

20 Juin, 22h

Cléa Vincent commence sa carrière en se produisant sur les scènes ouvertes parisiennes.
Repérée par le directeur artistique Victor Peynichou, elle sort en 2014 son premier EP Non mais oui au sein du label indépendant Midnight Special Records.


Clara Ysé

Clara Ysé

20 et 21 Juin, 24h

Clara Ysé commence la musique à l’âge de 4 ans, en étudiant le violon. C’est à l’âge de 8 ans qu’elle découvre le chant, par l’intermédiaire d’une professeur qui la prend sous son aile.
Les grandes voix lyriques, puis celles de la chanson, française ou latino-américaine, la bercent depuis l’enfance. De Maria Callas à Mercedes Sosa, en passant par Janis Joplin et Barbara, elle aime écouter ce que les voix, la particularité des timbres, racontent. La musique est un langage dans lequel elle trouve un espace de liberté inaltérable.
C’est à l’adolescence que sa mère lui offre sa première guitare. Clara Ysé sort alors des sentiers du chant lyrique et de la musique classique. Son amour de l’écriture, et de la poésie, la poussent d’abord à mettre en musique des poèmes. Élevée en partie par une femme colombienne et des grands-parents madrilènes, elle écrit en français, mais ne compose qu’en espagnol.
Clara Ysé perd sa mère, Anne Dufourmantelle, en juillet 2017. Elle écrit alors ses premières chansons dans sa langue maternelle.
C’est une façon pour elle de réapprendre à parler.
Son premier EP, – Le monde s’est dédoublé – est une renaissance.
Clara Ysé est accompagnée par des instrumentistes virtuoses, qui viennent chacun d’univers
très distincts, et dont le point de rencontre est leur familiarité avec le bassin méditerranéen.
Yulian Malaj, co-compositeur et co-auteur de deux titres de l’EP, chante également des
secondes voix tout au long des titres de l’EP. D’origine albanaise, ayant vécu toute sa vie en Grèce, il est bercé depuis sa jeunesse par les polyphonies arméniennes.
Naghib Shanbehzadeh, batteur et percussionniste d’origine iranienne, joue avec son père, depuis son enfance, dans les plus grands festivals de jazz et de world music.
Camille El Bacha, pianiste concertiste et compositeur, donne des concerts dans des festivals renommés de musique classique. Il finit ses études au CNSM de Paris dans la classe de Jean-François Zygel, tout comme Marc Karapétian, le bassiste de l’EP.

La recherche et l’exploration de multiples formes de langages sont au cœur de l’engagement
musical de Clara Ysé. Après des études en classe préparatoire, puis en philosophie à La
Sorbonne, et au Conservatoire Régional de Paris, c’est au langage scénique qu’elle s’intéresse, et à l’art de l’acteur, en prenant des cours à l’Ecole du Jeu. À sa passion pour la scène vient s’associer un amour du cinéma, et des images. Les heures qu’elle passe enfant à observer son père peindre dans son atelier la poussent également à s’aventurer du côté des images en réalisant son premier clip, qui sortira début avril.
Cet EP est une façon pour elle de réapprivoiser le monde, de le réenchanter.
Le lyrisme de son univers, la fête et la joie qui se dégagent des morceaux, en font un objet follement vivant.
Musicalement, et poétiquement, cet EP est le témoignage intime d’une naissance. Les six titres de l’EP sont écrits l’année suivant la mort de sa mère. Ils sont, pour Clara Ysé, un hymne à la vie libre et vivante. Traversé par la perte, et la nuit, cet EP est un cri d’Amour qui rend grâce aux aubes nouvelles.
Le monde s’est dédoublé est aussi une ode à l’Amitié. Celle qu’elle partage avec les
instrumentistes qui l’accompagnent.
Celle qui permet d’unir les êtres dans la tempête, et de faire danser la mer.


chien noir

Chien noir

21 Juin, 19H30

Dans les caves bordelaises, on découvre parfois des trésors. chien noir est un diamant brut, totem et projet de Jean Grillet, artiste total et guitariste virtuose. Entre chanson française, pop et trap, chien noir interroge l’enfance, convoque les fantômes, visite des maisons abandonnées et impose immédiatement sa signature vocale. Finaliste du tremplin des Inrocks Lab 2018, il enregistre un premier projet avec Mark Daumail (Cocoon).


Blondino

Blondino

21 Juin, 01h00

Il est des citadelles qui se conquièrent sans heurts ni cris, des remparts qui s’abattent à mots feutrés, des révolutions aussi tranquilles qu’un lac. Avec son deuxième album, « Un paradis pour moi », Blondino s’offre « un luxe qui n’a pas de prix » : dessiner les contours d’un univers profondément personnel, laisser se déployer son art si nuancé et si sauvage à la fois, s’affranchir des compromissions et des regards tournés vers le passé. Sortie du labyrinthe où l’enfermaient ses doutes et ses craintes, où l’épiait un Minotaure toujours prêt à la dévorer, la chanteuse, telle un « Centaure » se permet toutes les audaces et bouscule pop et chanson en les réinventant, en digne héritière de Bashung et de Christophe qu’elle est.

Manifeste prométhéen d’émancipation, ce « paradis » intime mais jamais égotiste se chuchote à notre oreille comme un merveilleux secret. Chantant très près du micro pour influer directement sur l’imaginaire de l’auditeur, Blondino distille une poésie subliminale au service de planantes mélodies. Voix si singulière qu’elle semble s’insinuer en nous jusqu’au vertige, nous envelopper d’espoir, voix charnelle et amie qui nous réconforte avec l’humain. Voix qui ne hausse jamais le ton, même quand elle chante « Mes indépendances et ma révolte », voix qui ose être elle-même, à l’instar d’autres grandes et envoûtantes voix féminines qui ne trichent pas, comme celles de Weyes Blood, de Fiona Apple ou de Cat Power.


Barbara Carlotti

Barbara Carlotti

21 Juin, 20h30

Pour l’essentiel, Barbara Carlotti écrit et compose. Des chansons, d’abord, qu’elle interprète (6 albums ; Chansons ; Les Lys Brisés ; L’ Idéal ; L’ Amour L’ argent Le vent ; Magnétique ; Ile d’amour) mais aussi des spectacles, des émissions de radio (Cosmic Fantaisie sur France Inter) et même, de télévision (Le Cabaret Insolite sur France 3 Corse). Autant d’îlots ménagés dans le réel entre lesquels serpente une voix que l’on dirait d’eau, tour à tour claire et troublée, vive ou presque-dormante, totalement hypnotique. Une voix parfois mêlée, en duo, avec celles de Philippe Katerine, Dominique A, Bertrand Belin, Juliette Armanet, Bertrand Burgalat… Une Constellation d’âmes soeurs de la pop française dans laquelle elle irradie.

Texte par Philippe Vasset